IL VOUS EN PARLE : Rencontre avec l’ergonome Yonnel Giovanelli

“Atlas assiste la mobilité du tronc et permet de redonner du plaisir au travail, c’est très encourageant !”

Dans une interview accordée à JAPET, Yonnel GIOVANELLI, Responsable du pôle ergonomie et Facteurs Organisationnels et Humains à la SNCF et expert AFNOR commission X35A « ergonomie », livre ses premiers ressentis sur l’utilisation d’ATLAS.

Quels impacts ont les troubles musculosquelettiques et plus particulièrement les lombalgies pour les entreprises ?

Peu importe le nombre, il y a toujours trop d’accidents de travail dans les entreprises. N’oublions pas les collaborateurs qui ne sont pas en arrêt mais qui souffrent à leur poste de travail. Dans les 2 cas, les personnes ont mal et les douleurs gênent le travail. Les entreprises doivent travailler sur l’aménagement et l’ergonomie du poste, ou l’amélioration des process. Quand la douleur persiste, parfois ça ne suffit pas et c’est important d’essayer de leur trouver d’autres solutions.

Pourquoi avez-vous décidé de tester l’équipement Atlas dans votre organisation ?

Atlas a été proposé par un Dirigeant d’Unité Opérationnel (DUO) du technicentre industriel SNCF d’Hellemmes près de Lille. Il a dans son équipe des agents qui souffrent du dos et qui justement cherchait des solutions. Atlas nous a intéressé car c’est un dispositif d’assistance à la personne différent de ceux présents sur le marché. Il n’aide pas seulement à porter les charges mais offre ces fameuses tractions vertébrales qui permettent de soulager tout en maintenant la mobilité du tronc. C’est une solution pour assister l’agent qui souffre du dos sur certaines tâches, à certains moments.

Quels sont les retours terrain sur l’utilisation d’Atlas ?

Il s’est avéré que l’agent sent réellement la différence, il n’est pas gêné du tout dans ses activités, il se sent maintenu et assisté. Le point positif majeur : que la douleur soit moins prégnante. L’agent avait systématiquement mal au dos dès le lundi soir. Depuis qu’il teste Atlas, cela retarde considérablement l’apparition des douleurs, qui n’apparaissent que le mercredi soir. Ce dispositif assiste la mobilité du tronc, permet de redonner du plaisir au travail et limite les combinaisons de mouvements traumatiques, c’est très encourageant !

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous sommes les premiers industriels à avoir testé Atlas parce que cela répondait complétement à notre démarche globale impulsée au sein de la SNCF. En parallèle, nous développons aussi en interne notre propre exosquelette modulaire pour assister les agents au quotidien. L’objectif de ce test : valider officiellement la ceinture Atlas, pour que l’ensemble de nos établissements puissent l’acheter en fonction de leurs besoins. Il est important de rappeler que ces équipements ne sont pas là par soucis de productivité mais qu’ils s’intègrent dans une démarche globale d’assistance à la personne, en travaillant aussi sur l’aménagement, l’ergonomie du poste, les process…

Quels conseils donneriez-vous aux autres entreprises ?

Découvrez le système en le testant, tout simplement !